Université de Strasbourg
Accueil
Search & Find
Diaporama
Vous êtes ici : Accueil   >   Annonces / Actualités : Nouvelles découvertes dans la vallée de l'Assassif (novembre 2019)

Nouvelles découvertes dans la vallée de l'Assassif (novembre 2019)

© Université de Strasbourg / Ifao

(English version below.)

Comme indiqué dans un communiqué du Ministère des Antiquités égyptien en date du 27 novembre 2019, la mission conjointe de l’Université de Strasbourg et de l’Institut français d’archéologie orientale (IFAO), dirigée par le Pr. Frédéric Colin (Strasbourg), a découvert, pour la deuxième année consécutive, plusieurs sarcophages façonnés en bois peint bien conservé. Leur date remonte au tout début de la 18e dynastie. Aux sarcophages de Pouyou et d’un(e) anonyme s’ajoutent désormais ceux des dames Tâbou et Raou, ainsi qu’un(e) deuxième anonyme.

Tous ont été découverts enterrés dans un caisson au sein d’un très épais terrassement cellulaire supportant un sol préservé à l’intérieur de l’enceinte de Padiamenopé (TT33). Nous datons ce dispositif du Nouvel Empire, soit quelque 800 ans avant la tombe de Padiamenopé.

Nous pensons que ceci constitue une inhumation secondaire, c’est-à-dire que l'endroit où ils ont été trouvés n'est pas leur tombeau original, mais qu'ils en ont été extraits à l'occasion de travaux postérieurs et ont pu même être déposés pendant un temps dans un lieu de conservation intermédiaire, avant d'être amenés à l'endroit où ils ont été trouvés.

Selon notre interprétation, les sarcophages intégrés dans ce terrassement ont été littéralement enterrés sous le sol de la chaussée sacrée qui menait depuis la plaine alluviale du Nil jusqu’au temple de Thoutmosis III à Deir el-Bahari. Nos travaux révèlent ainsi pour la première fois une pratique funéraire méconnue, « l’enterrement sous la chaussée sacrée », qui avait probablement été observée il y a 100 ans dans des fouilles anciennes près de la chaussée d’Hatchepsout, sans être réellement comprise. Les défunts déplacés dans ce lieu de repos collectif auraient ainsi bénéficié d’une position favorable sous le passage de la barque d’Amon, lorsque le dieu rendait visite aux temples de Deir el-Bahari à l'occasion des grandes cérémonies annuelles.

Cette tombe intacte est miraculée, car elle a échappé de peu à la profonde tranchée de fondation creusée au 7e siècle avant J.-C. pour installer le pylône de Padiamenopé.

Frédéric Colin, Gourna, le 29 novembre 2019.

 

New discoveries in al-Asasif (November 2019)

As first mentioned on the website of the Egyptian Ministry of Antiquities on Nov. 27, 2019, the joint mission of the Institut français d’archéologie orientale (IFAO) and the University of Strasbourg, directed by Prof. Frédéric Colin (Strasbourg), has found in al-Asasif several well-preserved coffins with painted plaster decoration, for a second year in a row. They date from the early 18th Dynasty; three of the coffins belonged to women named Pouyou, Tâbou and Raou, while two remain anonymous.

All five were found buried in a walled-in area within a very large earthwork that sustains a ground surface preserved within the precinct of Padiamenope’s tomb (TT33). We believe this was built during the New Kingdom, that is some 800 years before Padiamenope has his tomb made.

We think this must be a secondary burial: the place where these five coffins were found is not the one where they were first buried; they were removed from it when it was threatened by later developments, and they might have been held in a temporary housing place for a time before being brought to the place where they were found.

According to our current interpretation, the coffins buried in such a large earthwork were buried right under the sacred causeway that lead from the alluvial plain of the Nile to the funerary temple of Thutmosis III in Deir el-Bahari. Such burial under a sacred causeway is a funerary practice that can be highlighted for the first time here, though similar sets of coffins buried together under the causeway to the temple of Hatshepsut had been found, but not explained, a century ago. The people buried in such a place had the honor to be under a causeway where the god Amun would be carried in procession to the temples of Deir el-Bahari every year.

It is a small miracle that this group burial survived intact, considering how close it came to be from the deep foundation ditch of the entrance pylon built in front of Padiamenope’s tomb in the 7th century BCE.

Frédéric Colin, Gurna, November 29, 2019.

 

Photographie / picture : © Université de Strasbourg / IFAO

Info publiée le : 29 novembre 2019

Actualités

déc. 1 2019

Dans le cadre du Jardin des sciences : conférence le lundi 27 janvier, au Palais Universitaire, salle Pasteur, à 15h...

nov. 29 2019

(English version below.) Comme indiqué dans un communiqué du Ministère des Antiquités égyptien en date du 27 novembre 2019, la...

nov. 27 2019

Journée égyptologique de Strasbourg, le samedi 28 mars 2020, organisée par l'Association alsacienne d'égyptologie, en partenariat...

Toutes les actualités