Université de Strasbourg
Accueil
Search & Find
Diaporama
Vous êtes ici : Accueil   >   Idex « Autour des points d'eau »

Idex « Autour des points d'eau »

Idex interdisciplinaire Université de Strasbourg – CNRS « Autour des points d’eau. Expansions et régressions d’un terroir irrigué de l’Oasis de Bahariya (Égypte), des pharaons à nos jours »

  • Le projet « Autour des points d’eau. Expansions et régressions d’un terroir irrigué de l’Oasis de Bahariya (Égypte), des pharaons à nos jours », en collaboration avec l’IFAO et avec le Ministry of State for Antiquities (Égypte), est porté par trois UMR de l’Université de Strasbourg :
    • l’UMR 7044 « Archéologie et histoire ancienne : Méditerranée – Europe » (ARCHIMÈDE) (porteur Frédéric Colin)
    • l’UMR 7516 « Institut de Physique du Globe » (IPGS) (porteurs Marc Munschy et Mathieu Schuster)
    • l’UMR 7362 « Laboratoire Image, Ville, Environnement » (LIVE) (porteur Dominique Schwartz)
  • Cette recherche s’inscrit dans la thématique Homme–Climat–Environnement. Kuper & Kröpelin (Science, 2006) ont montré comment, en Égypte, à la fin de l'optimum climatique holocène, les populations anciennes ont dû quitter le « Sahara vert » pour trouver refuge le long de la vallée du Nil et dans les oasis. Depuis une quinzaine d’années, Michel Wüttmann et son équipe (IFAO) ont mis en évidence, dans l’oasis de Kharga, l’intérêt de gisements archéologiques auparavant peu exploités, pour étudier les stratégies développées par les Anciens afin d’accéder aux ressources en eau souterraines dans un environnement désormais aridifié. Notre projet se focalise sur l’oasis de Bahariya, où un champ de structures hydrauliques a été conservé dans des conditions archéologiques particulièrement favorables : témoignant d’interactions continues avec des habitats de la Troisième période intermédiaire à l’époque romaine, il permet d’examiner l’évolution sur la longue durée d’un réseau de captation et de transport représentatif d’un chef-lieu d’oasis.
  • Le projet s'articule autour des chantiers de Qasr ‘Allam et de Qaret el-Toub, où l’IFAO, en collaboration avec l’UMR 7044 et l’Institut d’Égyptologie de l’Université de Strasbourg, mène des fouilles depuis une douzaine d’années. Il s’agit désormais d’agréger autour de ce noyau expérimenté, une nouvelle équipe pluridisciplinaire (archéologie, égyptologie, géophysique, géologie, géographie) en élargissant le champ scientifique à des questions novatrices sur le paysage ancien d’une oasis du Sahara égyptien. L’ambition est de fédérer ainsi 3 laboratoires de l'Université de Strasbourg autour de la question de l'eau et de ses implications pour l’activité humaine dans un milieu hostile.
  • Tout autour du site de Qasr ‘Allam, un formidable réseau de dispositifs antiques de captation et d’adduction d’eau, puits, tunnels de drainage (qanat) et de transport, chenaux et canalisations divers, exploitait jadis sur de nombreux hectares les réserves d’eau contenues dans le substrat rocheux. Le système entretenu pendant des siècles a formé un véritable palimpseste d’aménagements hydrauliques qui se coupent, se succèdent, se reprennent. Quoique les abords du site soient aujourd’hui très arides et complètement dénués de cultures, l’ensemble de ces indices témoigne de ce que l’environnement de Qasr ‘Allam a connu une intense exploitation agricole à l’époque pharaonique, dont l’abandon doit encore être daté et expliqué. Un des intérêts scientifiques majeurs du site est que les ruines de l’habitat (temple, maisons, magasins) et les vestiges hydrauliques s’entremêlent dans un même espace, ce qui permet de préciser, grâce aux phénomènes de superposition, l’ancienneté de structures habituellement difficiles à dater, d’étudier l’évolution de la gestion du milieu par l’homme et d’observer l’interdépendance de ses différents domaines d’activité. Seule une collaboration étroite des sciences humaines et des sciences de la Terre permettra d’explorer ce champ d’investigation, autant pour l’établissement des faits (prospections géophysiques, fouilles stratigraphiques) que pour leur interprétation (évolution et logique de fonctionnement des réseaux, impact des facteurs naturels et des facteurs anthropiques).
  • Au-delà des enjeux scientifiques, ce projet s'inscrit également dans une démarche urgente de protection et de sauvegarde du patrimoine archéologique égyptien. En effet, la croissance démographique exponentielle que connaît l'Égypte depuis plusieurs décennies, et surtout la remise en culture récente d’un espace abandonné à l’aridité depuis des siècles, menace directement les sites archéologiques (autour de Qasr ‘Allam, les cultures gagnent chaque année plusieurs hectares sur les surfaces archéologiques, qui souvent ne sont pas identifiées comme telles par les agriculteurs du voisinage). La préservation du patrimoine culturel face à ces facteurs d’effacement, priorité du Ministry of State for Antiquities d’Égypte, l’inventaire des gisements archéologiques et la mise en évidence de leur valeur historique sont en l’occurrence intimement liés.

Diffusion sur la chaîne Alsace20

Ce projet a été présenté lors d'un numéro spécial consacré à la recherche sur l'eau, dans l'émission Lab20, sur la chaîne Alsace20.

Actualités

nov. 3 2017

L'Institut d'égyptologie organise des visites de la collection les 6 et 13 décembre 2017 à 14h, ouvertes à tous les publics. Une...

nov. 3 2017

L'Institut d'égyptologie organise des visites de la collection les 6 et 13 décembre 2017 à 14h, ouvertes à tous les publics. Une...

oct. 27 2017

La première réunion de l'atelier de lecture de textes en hiératique aura lieu:   Vendredi 10 novembre de 11h30 à 12h30, salle...

Toutes les actualités