Université de Strasbourg
Accueil
Search & Find
Diaporama
Vous êtes ici : Accueil   >   Les membres de l'équipe   >   Collaborateurs scientifiques   >   Céline Boutantin

Céline Boutantin

Nom : Boutantin
Prénom :
Céline
Statut :
docteur es lettres
Unité de rattachement :
UMR 7044
Contact :
celineboutantin@free.fr

Quel est votre parcours universitaire et scientifique ?

J’ai suivi le cursus classique d’histoire à l’Université Marc Bloch de Strasbourg qui m’a amenée à soutenir une thèse sur les figurines zoomorphes en terre cuite de l’Égypte gréco-romaine (Ve s. av. J.-C.-VIe s. apr. J.-C.) en déc. 1999 sous la direction de Françoise Dunand. Ce travail repose sur l’étude de collections muséographiques inédites telles que celles d’Alexandrie ou du Caire, pour lesquelles j’ai bénéficié de plusieurs bourses accordées par l’Ifao, ou encore, celles de Bruxelles, Londres et Genève.

Ce travail a reçu le prix du Conseil Général du Bas-Rhin en 2000 et je prépare actuellement sa publication pour les presses de l’Ifao.

Parallèlement à ces études d’histoire, j’ai bénéficié d’une formation d’archéologue en participant dès mon plus jeune âge à des chantiers en Alsace.

Cette double formation m’a permis de participer à des chantiers de fouilles en Égypte (nov. 1998 : fouille de la nécropole ptolémaïque d’El Deir, oasis de Kharga dirigée par F. Dunand) et d’obtenir des missions de l’Ifao pour étudier des objets découverts sur le  site de Balat/ ‘Ayn asil, oasis de Dakhla (déc. 1998 : étude des figurines en terre crue de la nécropole de Balat découvertes en 1977/78 ; févr. 2000 : étude des figurines en terre cuite de la ville de ‘Ayn Asil (fin Ancien Empire, Première Période Intermédiaire) ; févr. 2006 et 2007 : étude du mobilier non inscrit et hors céramique des maisons 7,8,9 à Balat et du palais des gouverneurs – fin Ancien Empire, Première Période Intermédiaire).

Pourquoi diable l’Égypte ?

Cet intérêt pour l’Égypte découle à la fois de mon intérêt pour l’archéologie  en général et d’une rencontre avec F. Dunand  qui m’a proposé dans le cadre d’un sujet de maîtrise de travailler sur des objets égyptiens. Par la suite, dans le cadre du DEA, des musées tels que le Musée des Beaux-Arts de Lyon ou celui de l’Évêché de Limoges m’ont permis de travailler sur leurs collections. Puis de fil en aiguille, je suis partie en Égypte où là aussi on m’a proposé de participer à différentes recherches menées par l’Ifao.

Que cherchez-vous ?

Mes recherches  comportent actuellement quatre axes principaux :

-       les ateliers de coroplathe à l’époque gréco-romaine et les critères permettant de les localiser. J’ai lancé une enquête auprès des différents musées à travers le monde afin de recenser les terres cuites gréco-romaines, animales ou autres, dont la provenance est connue. J’essaye ainsi de regrouper le matériel provenant d’un même site, actuellement éparpillé dans différents musées. Ce recensement est complété par les données provenant de fouilles anciennes ou récentes. Le but de cette enquête de grande ampleur est d’essayer de mieux connaître les ateliers producteurs de terres cuites, de mettre en évidence des échanges entre les différentes unités de production et de montrer que, dans certains cas, on observe une adaptation de la production à des cultes locaux.

-       les pratiques religieuses personnelles en Égypte gréco-romaine. L’étude archéologique des édifices urbains permet d’aborder les manifestations d’une religion pratiquée hors des temples. Une partie du mobilier exhumé comprenant par exemple, des autels, des stèles, des figurines ou encore des représentations peintes de divinités, traduit le souci des habitants de se placer sous une protection divine. Ce matériel permet de montrer que des choix ont été opérés parmi les divinités représentées ou invoquées.

-       La participation du fidèle aux fêtes. Mes recherches concernant la piété personnelle à travers les informations recueillies dans des contextes urbains me permettent d’aborder le thème des fêtes publiques et privées. Les sources papyrologiques ou épigraphiques, complétées par la documentation iconographique, offrent des images particulières des fêtes. La confrontation de ces différentes sources n’est pas encore systématiquement exploitée. Elle permet cependant d’obtenir un tableau très diversifié des processions faisant intervenir non seulement des hommes et des femmes, mais aussi un grand nombre d’animaux.  Le thème particulier des animaux adoptant une attitude humaine peut être intégré à cette recherche. Il soulève actuellement des problèmes d’interprétation. S’agit-il de mascarades se déroulant lors de fêtes religieuses, de caricatures ou d’illustrations de contes ?

-       Les figurines modelées en terre crue ou cuite de l’Ancien Empire à la Deuxième Période Intermédiaire. Lors de l’étude des objets de ce type découverts dans le palais des gouverneurs d’Ayn Asil, je me suis aperçue qu’il existe très peu d’études consacrées à ces objets. Ceux-ci, souvent considérés comme peu dignes d’intérêt, n’ont pas été publiés ou l’ont été de manière succincte. Ils suscitent encore de nombreuses interrogations, en particulier sur leurs fonctions. Une démarche analogue à celle menée pour les terres cuites gréco-romaines permet d’apporter des éléments de réponse et d’essayer d’affiner leur datation.

Y a-t-il une lecture égyptologique qui vous a touché ou qui vous inspire ?

Je trouve la démarche présentée par P. Van Minnen, « House-to-house enquiries : an interdisciplinary Approach to Roman Karanis », ZPE 100, 1994, p. 227-251 particulièrement intéressante. Il propose une démarche centrée sur l’objet replacé dans son contexte et mis en parallèle avec la documentation écrite.

Publications

- "Une figurine caricaturale du Musée du Caire", Chronique d’Égypte vol. 74, fasc. 147, 1999, p. 161-170.

- "Les figurines en terre crue de la nécropole de Balat", BIFAO 99, 1999, p. 1-20.

- "Compte-rendu du catalogue de M. Rassart-Debergh", Colmar et l’Égypte. Textiles d’Antinoé (Egypte) en Haute Alsace. Donation de E. Guimet, Colmar, 1997, Revue d’Alsace 126, 2000, p. 430-432.

- "Les figurines en terre cuite de la ville d’Ayn Asi"l, BIFAO 101, 2001, p. 59-86.

- "Les figurines zoomorphes de l’Égypte gréco-romaine", dans B. Gratien, A. Muller, D. Parayre (éd.), Figurines animales des mondes anciens. Actes de la journée d’études organisée par l’Institut des Sciences de l’Antiquité de l’Université Charles-de-Gaulle-Lille 3, Villeneuve d’Ascq, 8 juin 2002,  Anthropozoologica 38, 2003, p. 77-90.

- "A la recherche d’une datation perdue : un ensemble de terres cuites zoomorphes", Cahiers de la céramique égyptienne 7, 2004, p. 1-13.

- "Les dieux à la maison", Le monde de la Bible 167, sept.-oct. 2005, p. 39-42.

- "Production de terres cuites et cultes domestiques de Memphis à l’époque impériale", Chronique d'Egypte 81, fasc.161-162, 2006, p. 311-334.

– "Les terres cuites d'Héracléopolis Magna. Etat de la question", CdE 85, 2010, p. 295-313.

– "Quelques documents de la région memphite relatifs au taureau Apis", BIFAO 2014 (à paraître).


Ouvrages:

Les terres cuites gréco-romaines du musée égyptien de l'Agriculture, Bibliothèque générale 42 (Le Caire, 2012)

Terres cuites et culte domestique. Bestiaire de l'Egypte gréco-romaine, RGRW 179 (Leiden, Boston 2013)

 

 

Actualités

nov. 3 2017

L'Institut d'égyptologie organise des visites de la collection les 6 et 13 décembre 2017 à 14h, ouvertes à tous les publics. Une...

nov. 3 2017

L'Institut d'égyptologie organise des visites de la collection les 6 et 13 décembre 2017 à 14h, ouvertes à tous les publics. Une...

oct. 27 2017

La première réunion de l'atelier de lecture de textes en hiératique aura lieu:   Vendredi 10 novembre de 11h30 à 12h30, salle...

Toutes les actualités