Université de Strasbourg
Accueil
Search & Find
Diaporama
Vous êtes ici : Accueil   >   Les membres de l'équipe   >   Étudiants en Master   >   Izold Guegan (2013-2015, mémoire soutenu avec succès)

Izold Guegan (2013-2015, mémoire soutenu avec succès)

Nom : Guegan
Prénom : Izold
Statut : Etudiante en Master d’Archéologie des mondes anciens

 

Quel est votre parcours universitaire ?

Première année universitaire à l’Université Américaine du Caire (major in Egyptology, minor in anthropology), puis Licence d’Archéologie à l’université de Strasbourg avant l’entrée en Master.

Que cherchez-vous ?*

Je m’intéresse à la femme dans la royauté égyptienne et plus particulièrement à la fin de la Deuxième Période intermédiaire et au début du Nouvel Empire. J’ai donc choisi de consacrer mon mémoire de Master à la reine Âhhotep, mère d’Ahmosis, qui vécut et exerça le pouvoir durant cette période. J’essaie de comprendre son parcours, son implication politique et religieuse ainsi que l’évolution de son culte au fil du temps. 

Pourquoi diable l’Égypte ?

C’est en visionnant le film «  La Momie » de Stephen Sommers, à l’âge de 7 ans, qu’est née cette passion pour l’Égypte antique. Il avait été convenu que l’on arrêterait de visionner le film si les effets spéciaux me terrifiaient trop. Mais ce n’est pas de la peur que je ressentis en le regardant. Ce fut un véritable coup de foudre. Je fus immédiatement subjuguée par la représentation mystérieuse et impressionnante de l’Égypte ancienne et je décidai le soir-même de devenir un jour égyptologue. Dès le lendemain, je commençai à rechercher toute la documentation possible afin de mieux comprendre cette civilisation. 15 ans plus tard, cette passion est toujours aussi vivace. 

Y a-t-il une lecture égyptologique qui vous a touchée ou qui vous inspire ?

Patterns of Queenship in Ancient Egyptian Myth and History de Lana Troy est de loin la lecture égyptologique qui m’a le plus touchée et inspirée. Dans son ouvrage, Lana Troy explique la nature de la queenship en tant que pôle fondamentale et essentiel de la sphère royale. L’auteur explore les prototypes mythiques sur lequel se fonde l’identité de la femme royale égyptienne en soulignant l’androgynie inhérente à toute force vitale avant d’étudier le rôle historique et institutionnel de la femme dans la royauté. Je pense que c’est sans doute l’étude la plus complète jamais réalisée sur la royauté féminine dans l’Egypte ancienne.

Actualités

mai 2 2017

La prochaine séance de l'Atelier de recherche en papyrologie égyptienne et grecque de Strasbourg (ARPEGeS) démotique aura...

avril 30 2017

Voir sur le site de l'IFAO : http://www.ifao.egnet.net — L'allocation doctorale du ministère de l'enseignement supérieur et de...

avril 26 2017

La prochaine séance de l'Atelier de recherche en papyrologie égyptienne et grecque de Strasbourg (ARPEGeS) démotique aura...

Toutes les actualités